Au Président
Le général de Gaulle    

S'identifier      S'inscrire    visiteurs jour : 6     Total clics   :   1159288


Coucou et merci Merci            

AU PRESIDENT

Merci de nous signaler tout abus ou non respect de la loi au webmaster (voir Forum) qui rectifiera

 
Clics 70

XVM5cfc1cbe-a3c9-11e9-b82e-7537cbeba650
«Mon cher Cédric Villani, qu’êtes-vous allé faire dans cette galère?»

David Brunat Ancien élève de l’École normale supérieure et écrivain, imagine la lettre qu’aurait pu écrire le mathématicien français Henri Poincaré au mathématicien et député Cédric Villani.

Mon cher Confrère,

Vu du paradis des mathématiciens, l’enfer de la politique ne fait guère envie. Et l’algèbre des campagnes électorales ne suscite que très exceptionnellement de ces fulgurances si agréables à l’esprit et dont la mathématique, notre affectionnée discipline, que vous définissiez vous-même dans un beau petit livre comme «la poésie des sciences», est si riche et si féconde.

Ami Cédric, qu’êtes-vous allé faire dans cette galère? Cette embarcation instable agitée [...] de la mécanique des passions, du choc des egos et d’ondulations tactiques et stratégiques [...]

Depuis que vous avez dirigé l’Institut qui porte mon nom, je vous ai suivi pas à pas. J’ai lu tous vos livres, dévoré vos rapports, écouté toutes vos prises de position publiques, et découvert grâce à vos travaux et à vos conférences ce qu’est cette curieuse notion d’intelligence artificielle qui n’existait pas de mon temps mais qui semble si importante à vos contemporains.

J’ai observé avec curiosité votre entrée dans la vie politique aux côtés d’un jeune Président de la République, lointain successeur de mon cousin Raymond [...]  

Nul besoin d’être familier de la topologie algébrique et de la fameuse conjecture qui porte mon nom pour comprendre que le suspense concernant la désignation du candidat de votre famille politique pour la conquête de la magnifique topologie géographique qui s’appelle la ville de Paris était à l’image de cette nouvelle forme d’intelligence créée par votre moderne technologie: artificiel. 
[...]
Paris fut à mon époque la capitale mondiale de la mathématique et elle le demeure, grâce à des talents comme vous. L’Hôtel de Ville ne sera pas occupé l’an prochain par un mathématicien de génie doublé d’un homme de bien qui pratique l’art politique avec une bienveillance bien rare dans cet univers. Je le regrette en tant que savant mais je m’en réjouis au moins à un titre, qui tient lieu à sa façon de théorème vivant: la science y gagnera peut-être ce que la politique y perdra, en vous permettant de reprendre langue avec notre grande et belle discipline.

Vous auriez fait un formidable maire de Paris. Atypique, symbolique, énergique. Vous avez mené une bataille courageuse avec le panache et l’intelligence agissante qui sont, au même titre que votre griffe arachnéenne, votre signature et votre étendard.
Vous aimez citer ces mots qui sont de moi: «La pensée n’est qu’un éclair au milieu d’une longue nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout.» Vous avez tout fait pour éclairer la politique par la pensée et l’intelligence. Puissiez-vous, sur ce chapitre, gagner la partie!
[...] longue vie au parti de la science, de l’intelligence et de la pensée, avec ou sans lavallière, à Paris et dans le reste du monde.

Avec toute mon amitié posthume.

Henri Poincaré, président honoraire de la Société mathématique de France, champion du monde de l’IA (intelligence de niveau astronomique). Nota du traducteur : Et grand dommage pour la France que son monde politicien ne progresse pas en qualité, intelligence et honnêteté.



Noam Chomsky nous dit la vérité sur la liberté d'opinion en France 

Rien à ajouter, bienvenue en Union Soviétique ! L'avantage avec la dictature des riches c'est que les magasins sont plein et que ce n'est pas la peine de penser ils le font pour nous.

Attention la gauche commet une erreur, ce ne sont pas tous les riches mais un tout petit groupe de gens très riches. Il y a des riches avec qui il serait possible de discuter mais ce petit groupe ne veut pas et incite à la haine car si le peuple arrivait à s'entendre avec suffisamment de riches ce petit groupe ne ferait plus la loi. La haine de la gauche contre la droite relève de la même démarche, diviser pour régner.




 

Total des visiteurs  :    564338   dont aujourd'hui :   6    En ligne actuellement :  5      Total des clics   1159288