Au Président

Bonjour     visiteurs jour : 19     Total clics   :   976235


Coucou et merci Merci            

AU PRESIDENT

Merci de nous signaler tout abus ou non respect de la loi au webmaster (voir Forum) qui rectifiera

 
Clics 208
 Janvier  2007
Hello   

Discour d'Introduction de Nicolas Sarkozy

 

     

 

 Discours de Nicolas Sarkozy
Congrès de l’UMP
Dimanche 14 janvier 2007

 

Mes chers amis,

Dans ce moment que chacun devine si important pour la France, si important pour l'avenir de chacune de vos familles, si important pour moi, plus que n’importe quel autre sentiment, ce qui m’étreint surtout c’est une émotion profonde.

...

Je veux rendre hommage à Jacques Chaban-Delmas, général de la résistance à 29 ans, au rêve si beau, si prémonitoire, de la Nouvelle Société. Son dernier grand combat politique fut pour moi le premier. J'avais 17 ans et l'impression de partir à la guerre. C'était la fin d'une époque, celle où le gaullisme ne pouvait plus appartenir à un parti.

Je veux rendre hommage à Achille Peretti, grand résistant,...

mon amitié à Edouard Balladur.

mon respect à Jacques CHIRAC...

 

La laïcité à laquelle je crois, ce n’est pas le combat contre la religion. C’est le respect de toutes les religions...

 

Ma France, c’est celle de tous les Français sans exception. C’est la France de Saint-Louis et celle de Carnot, celle des croisades et de Valmy. Celle de Pascal et de Voltaire. Celles des cathédrales et de l’Encyclopédie. Celle d’Henri IV et de l’Edit de Nantes. Celle des droits de l’homme et de la liberté de conscience...

 

Je ne suis pas un conservateur. Je ne veux pas d’une France immobile. Je veux l’innovation, la création, la lutte contre les injustices. J’ai voulu faire entrer ces idées dans le patrimoine de la droite républicaine alors même que la gauche les délaissait..

Il y a l’Etat qui doit être impartial. Il y a la France qui est une destinée commune.


Etre de droite c’est refuser de parler au nom d’une France contre une autre. C’est refuser la lutte des classes. C’est refuser de chercher dans l’idéologie la réponse à toutes les questions, la solution à tous les problèmes. C'est refuser de voir dans le contradicteur un ennemi mais un citoyen dont on doit entendre les arguments.


C’est une nation ouverte, accueillante, c’est la patrie des droits de l’homme... J’aime passionnément le pays qui m’a vu naître. Je n’accepte pas de le voir dénigrer. Je n'accepte pas qu'on veuille habiter en France sans respecter et sans aimer la France. Je n'accepte pas qu'on veuille s'installer en France sans se donner la peine de parler et d'écrire le Français.


Je respecte toutes les cultures à travers le monde. Mais qu'il soit entendu que si on vit en France alors on respecte les valeurs et les lois de la République.


La soumission de la femme c'est le contraire de la République, ceux qui veulent soumettre leurs femmes n'ont rien à faire en France. La polygamie c'est le contraire de la République. Les polygames n'ont rien à faire en France. L'excision c'est une atteinte à la dignité de la femme, c’est le contraire de la République, ceux qui veulent la pratiquer sur leurs enfants ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la République française.

 

Ma France, c’est une nation qui revendique son identité, qui assume son histoire...

De Gaulle n’a pas dit à la jeunesse allemande : « vous êtes coupables des crimes de vos pères ». Il lui a dit : « je vous félicite d’être les enfants d’un grand peuple, qui parfois au cours de son histoire a commis de grandes fautes ».

.
A tous ceux qui veulent devenir Français nous offrons non de nous repentir mais de partager la liberté, l’égalité et la fierté d’être Français. Gardons-nous de juger trop sévèrement le passé avec les yeux du présent. Tous les Français durant la guerre n’étaient pas pétainistes. Les pêcheurs de l’île de Sein, les paysans du Vercors n’étaient pas pétainistes. Les paysans du Périgord qui cachaient au péril de leur vie les Juifs de Strasbourg n’étaient pas pétainistes. Tous les Français dans les colonies n’étaient pas des exploiteurs. Il y avait aussi parmi eux de petites gens qui travaillaient dur, qui n’exploitaient personne et qui ont tout perdu.
Français, prompts à détester votre pays et son histoire, écoutez la grande voix de Jaurès: « Ce qu’il faut ce n’est pas juger toujours, juger tout le temps, c’est se demander d’époque en époque, de génération en génération, de quels moyens de vie disposaient les hommes, à quelles difficultés ils étaient en proie, quel était le péril ou la pesanteur de leur tâche, et rendre justice à chacun sous le fardeau. »


Pourquoi la gauche n’entend-elle plus la voix de Jaurès ?

 

Au bout du chemin de la repentance et de la détestation de soi il y a, ne nous y trompons pas, le communautarisme et la loi des tribus. Je refuse le communautarisme qui réduit l'homme à sa seule identité visible. Je combats la loi des tribus parce que c'est la loi de la force brutale et systématique....

 

Face au drame algérien, Camus avait dit : « Les grandes tragédies de l’histoire fascinent souvent les hommes par leurs visages horribles. Ils restent alors immobiles devant elles sans pouvoir se décider à rien qu’à attendre. »
Attendre quoi ? Sinon le pire ?
Il avait ajouté : « La force du cœur, l’intelligence, le courage suffisent pourtant pour faire échec au destin ».
Pourquoi la gauche n’entend-elle plus la voix de Camus ? (Elle n'a jamais écouté que Sartre et ses mains sales admettant l'assassinat politique et la dictature pour arriver à ses fins)

 

Le but de la République c’est que les chances de réussite soient égales pour tous. C’est que l’enfant soit éduqué, le malade soigné, le vieillard arraché à la solitude, le travailleur respecté, la misère vaincue...

 

La République réelle, c’est la République qui ne se contente pas d’inscrire la liberté, l’égalité et la fraternité sur ses monuments, mais qui les inscrit dans la réalité de la vie quotidienne....
.


C’est la République où les devoirs sont la contrepartie des droits. Je propose qu’aucun minimum social ne soit accordé sans la contre-partie d'une activité d'intérêt général.
C’est celle où les hommes et les femmes ont les mêmes droits, les mêmes salaires, les mêmes possibilités de carrière, la même considération....

 

l’élève se lève quand le professeur entre, où les filles ne portent pas le voile, où les garçons ne gardent pas leur casquette en classe....


La République virtuelle c’est celle qui pratique l’assistanat généralisé mais qui laisse des gens mourir sur le trottoir. C’est celle qui proclame le droit au logement et qui ne construit pas de logements. C’est celle qui proclame le droit à l’emploi et qui renonce à l’objectif du plein emploi. C’est celle qui proclame que le travail est une valeur mais qui fait tout pour le décourager. C’est celle qui proclame la continuité du service public mais accepte que les usagers soient périodiquement les otages des grévistes. C’est celle qui proclame le droit d’aller et de venir mais cherche sans arrêt des excuses aux délinquants qui empoisonnent la vie de tout le monde.
La République réelle c’est celle qui rend effectifs les droits qu’elle proclame.

C'est la République qui crée des emplois, qui construit des logements qui permet au travailleur de vivre de son travail, qui donne sa chance à l'enfant pauvre, qui met les retraités des régimes spéciaux à égalité avec ceux du secteur privé et de la fonction publique, qui garantit le service minimum en cas de grève et qui fait respecter la loi par tout le monde. Je souhaite une loi sur le service minimum dès le mois de juin 2007. Je souhaite en outre qu'une loi impose le vote à bulletins secrets dans les 8 jours du déclenchement d'une grève dans une entreprise, une université, une administration.

.

La République réelle à laquelle je crois c’est celle qui met en prison l’assassin présumé de Claude Erignac et qui traite les cagoulés et les poseurs de bombes pour ce qu’ils sont : des meurtriers et des lâches...

 

Je propose que l'Etat garantisse l'emprunt de celui qui n'a pas de relations. Je propose que l'on puisse déduire tous les intérêts de son emprunt du revenu imposable.

Je propose que l'on fasse de la France un pays de propriétaires parce que lorsque l'on a accédé à la propriété on respecte son immeuble, son quartier, son environnement… et donc les autres. Parce que lorsque l’on a accédé à la propriété on est moins vulnérable aux accidents de la vie.

.
Mais ma République c'est aussi celle des devoirs opposables .Nous ne pouvons nous montrer complaisants avec le développement des fraudes des abus et des gaspillages qui sont une insulte au travail des français et qui sape les fondements de la solidarité nationale. Les droits ne vont pas sans les devoirs, et l'on ne peut valablement aider que ceux qui respectent les règles et consentent à faire un effort pour s'en sortir...

 

je propose un service civique obligatoire de 6 mois que chacun modulera en fonction de ses propres contraintes d’études, de projet professionnel, de vie familiale...

 

Longtemps la droite a ignoré le travailleur et la gauche qui jadis s’identifiait à lui a fini par le trahir.
Je veux être le Président d’une France qui remettra le travailleur au cœur de la société. Je veux proposer aux Français une politique dont le but sera la revalorisation du travail.
.
Je veux protéger les personnes plutôt que les emplois.  

 

C'est pour cela que je veux que chaque Français puisse transmettre en franchise d'impôt sur les successions le fruit d'une vie de labeur...

 

Tout vaut mieux que de taxer l’homme au travail.
Tout vaut mieux que de taxer le travailleur qui crée la richesse.
Je veux taxer le pollueur plutôt que le travailleur.
Je veux taxer les importations qui ne respectent pas les normes internationales plutôt que le travail.
Je préfère taxer la consommation plutôt que l’emploi.
C’est le travail qui crée le travail. Le travail contribuera à rééquilibrer nos finances publiques. Il refera de la France une République fraternelle.

Je veux être le Président de tous ces Français qui pensent que l’assistanat est dégradant pour la personne humaine...

 

L’honnête homme qui voit le délinquant rester impuni et une partie de ses impôts aller dans la poches du fraudeur finira par se demander pourquoi il devrait être le seul à être honnête.
Mais si l’école n’apprend plus la citoyenneté, ce n’est pas la faute des enseignants. Si l’Etat va mal ce n’est pas de la faute des fonctionnaires. C’est la politique qui est responsable.


Je n’aime pas la manière dont on parle des fonctionnaires dans notre pays.

Je n’aime pas la politique qui cherche à opposer les salariés du privé à ceux du public.

 Ils ont pour la plupart une haute idée de leur mission.

Les fonctionnaires sont démotivés parce que leur travail n’est pas reconnu, parce que ceux qui font le moins gagnent autant que ceux qui font le plus.

 Ils sont démoralisés parce que les 35 heures ont tout compliqué. Il faut aller voir dans les hôpitaux le désarroi et la peine de ces infirmières, de ces aides-soignantes aux prises avec la désorganisation et le manque de personnel que la réduction autoritaire du temps de travail a engendrés.

 

Je veux un Etat où les fonctionnaires seront moins nombreux mais mieux payés, où ils pourront gagner davantage quand ils travailleront plus, où les gains de productivité seront équitablement partagés, où le mérite individuel sera récompensé, où la promotion interne sera facilitée, où l’infirmière pourra devenir médecin, où le technicien pourra devenir ingénieur, où l’agent administratif pourra devenir Directeur, où la dignité et la protection des agents publics seront garanties.


Je veux que la fonction publique cesse d’être un refuge pour ceux qui ont peur de prendre des risques. Je veux qu’elle redevienne une vocation pour ceux qui ont le goût du bien commun et du service public.

...

La démocratie irréprochable c’est un Président qui s’explique devant le Parlement. C’est un Président qui gouverne. C'est un président qui assume. On n'élit pas un arbitre mais un leader qui dira avant tout ce qu'il fera et surtout qui fera après tout ce qu'il aura dit !
La démocratie irréprochable ce n’est pas celle où l’indépendance de la justice se confond avec l’irresponsabilité des juges. C’est celle où les juges sont responsables comme n’importe quel autre citoyen des fautes qu’ils commettent..

.

Je veux être le Président d’une France qui ira dire aux Européens : « nous ne pouvons pas continuer à tourner le dos à la Méditerranée, car autour de cette mer où depuis deux mille ans la raison et la foi dialoguent et s’affrontent, sur ces rivages où l’on a mis pour la première fois l’homme au centre de l’univers, se joue une fois encore une part essentielle de notre destin...

 

Je veux être le Président d’une France qui dira à tous les pays de la Méditerranée : « sommes-nous condamnés indéfiniment à la vengeance et à la haine ? Rien ne doit être oublié, mais il nous appartient à tous de forger ici, dans le creuset des siècles et des civilisations, le destin commun de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique, dans une relation d’égalité et de fraternité. »...

il est vital pour l’Europe d’imaginer une stratégie euro-africaine dont la Méditerranée sera fatalement le pivot »...

.
Je veux d’une France qui parle toujours à l’Amérique comme une amie, qui lui dit toujours la vérité et qui sait lui dire non quand elle a tort, qui lui dit qu’elle n’a pas raison quand elle viole le droit des nations ou le droit des gens qu’elle a tant contribué à forger, quand elle décide unilatéralement, quand elle veut américaniser le monde alors qu’elle a toujours défendu la liberté des peuples.
Je veux lui dire que je crois à la pluralité des cultures et pas à la culture unique fût-elle américaine.
.

Je veux être le Président de la France des droits de l’homme. Chaque fois qu’une femme est martyrisée dans le monde, la France doit se porter à ses côtés.

La France, si les Français me choisissent comme Président, sera aux côtés des infirmières bulgares condamnées à mort en Libye.

Elle sera aux côtés de la femme qui risque la lapidation parce qu’elle est soupçonnée d’adultère.

 Elle sera aux côtés de la persécutée qu’on oblige à porter la burka, aux côtés de la malheureuse qu’on oblige à prendre un mari qu’on lui a choisi, aux côtés de celle à laquelle son frère interdit de se mettre en jupe. Aux côtés de l'enfant que l'on vend ou que l'on exploite...

 

Je veux être le Président d’une France qui dira à tous les hommes : « Nous ne pouvons plus continuer de détruire notre planète. Nous ne pouvons plus continuer de sacrifier le bien être des générations futures aux excès des générations d’aujourd’hui...
Nous avions cru entrer dans le monde de l’abondance. C’est le monde de la rareté que nous préparons à nos enfants, et la rareté engendre la violence.

 

Après mai 68, Georges Pompidou avait dit : « le monde a besoin d’une nouvelle Renaissance ».
le pays qui le premier a dit à l’Homme : « tu as des droits imprescriptibles »

.
Je demande à mes amis qui m’ont accompagné jusqu’ici de me laisser libre, libre d’aller vers les autres, vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre camp, à notre famille politique qui parfois nous a combattu. Parce que lorsqu’il s’agit de la France, il n’y a plus de camp.

 

Ensemble tout deviendra possible !
 

Nicolas Sarkozy

 

 

Ce discours est très long, nous en avons fait des extraits plus faciles à lire :

 

Ma France

Mes Valeurs

etc.

 

 
Discour d'intro de Sarkozy

Vos messages sont modérés.   Les visiteurs non inscrits ont leur pseudo préfixé par x_.   Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Pseudo     Le 18-11-2017.   Titre  


Bouquetmisère le 15-9-2010. la crise ne fait que des victimes
Bonjour Jean, l'état prête de l'argent aux banquiers, beaucoup d'autres l'on fait aussi, c'était sans doutes nécessaire pour que le système ne s'effondre pas(un système entretenu par les riches, pour les riches) Peut-être aurait-il put avoir un peu plus d'audace et les nationaliser(juste pour leur faire la leçon!), ne soyons pas naïfs, toutes savaient très bien ce qui se tramait, et toutes se sont gavés jusqu'a la limite. Bien des économistes peuvent le confirmer. Bref la crise à bon dos, elle arrange tout le monde(presque) et surtout les riches. Elle est aussi un bon outil de persuasion, un bon moyen de faire peur, pour que rien ne change, que l'on travail bravement, que l'on consomme sagement, bien heureux de ce que l'on a en regard de la misère du monde, de la guerre et des gens en prison.... Je ne vois pas le lien entre la crise et les rafles de gitans, entre la politique environnementale de Sarkozy et les générations futures, entre la dette de l'état et les acquis sociaux de nos dirigeant( quoique...), je vois par contre clairement en Sarkosie le lien entre les effets d'annonce et la fuite en avant .....Aussi, je t'invite à relire mon précédent courrier car il est riche en questionnements divers, à réfléchir, à observer, à te renseigner sur ce que tu voudrais ne pas trop savoir et qui pourrait courroucer les bases de ton idéal, à ne pas trop regarder ce qui caresse dans le sens du poil, mais ce qui gratte, à fouiller, quitte à changer d'avis( tu ne sera pas gauchiste pour autant), et ce faisant, découvrant que le monde n'est pas binaire, arriver aux racines de la douleurs pour y arracher l'angoisse qui t'étreint et qui cherche à te faire donner raison à un président de la république capable de dire" casse-toi pauv' con" à un citoyen !
C'est peut-être ça 'la rupture". Ensemble, tout deviendra possible, sauf avec les pauv' cons!


Jean le 11-9-2010. Re Bonjour bouquet misère
Evidemment tu crois aussi que Sarko a donné des milliards aux banque pendant qu'il exploite le populo. Ce sont des mensonges de gauche, tout l'argent prêté aux banques l'a été avec intérêts et les remboursements en cours rapportent de l'argent à l'état, c'est à dire à toi.
Mais j'écris en pure perte je le sais bien et je le fait par amour de la vérité si bafouée par tous à commencer par les merdias


Jean le 11-9-2010. Bonjour bouquet misère
As tu entendu parlé de la crise financière créée par les salopards de banquiers américains qui firent des prêts impossibles à rembourser par les familles américaines, saisirent leurs maison et quand ils virent arriver la chute de l'immobilier revendirent le tout en paquet cadeaux notés AAA aux banques et gogos du monde entier.
On appela cette crise la crise des subprimes ou des crédits toxiques. Des milliards partirent en fumée
Evidemment c'est la faute de Sarko su de 1995 à 2007 le gouvernement américain laissa les banquiers faire la fuite en avant pour soutenir la croissance jusqu'à l'absurde.


bouquetmisère le 4-9-2010. les procès d'intention sont parfois nécéssaires
Alors, jean, depuis que le temps a coulé un peu, que les salaires qui ont réellement augmentés sont ceux des plus riches(en parlant de gàteau) tandis que la misère et les régressions sociales s'épanouissent au sein du peuple, que la nombre de bavures policière a quasiment doublé en 3 ans, que règne en France un climat de suspicion, de jalousie, de peur et d'exclusion, de racisme; depuis que la dette de l'état à explosé que la presse qui n'était déjà pas florrissante à été rachetée et muselée et que sévicent quotidiennement les raffles; etc...etc...etc, acceptes tu de lire entre les lignes ce qui était déjà flagrant à l'époque ou es-tu de ceux qui, coeur fermé, bonne conscience et peur au ventre s'obstinent à ne pas voir que sa politique est celle du diviser pour mieux règner, que son "patriotisme" glisse largement dans le nationnalisme, que son combat morale cache difficilement une arrogance ultra-libérale, et qu'après son passage(si il ne décide pas de rester maintenant qu'il est chef des armées!), la tache ne sera que plus ardue pour les générations future quand à ralentir la machine qui n'avait sûrement pas besoin d'un coup d'accélérateur (car le mur n'a jamais été aussi proche!). Et de voir que clairement, ensemble, tout est devenu possible pour lui!
ps: créer des richesses, mais en contre partie de quoi?


Jean le 22-11-2007. Bonjour careiro

Et oui mais rassure toi pour la démagogie et le populisme la gauche a le record et n'est pas prête de le lâcher.
Depuis qu'il est élu il y a de nombreux petits salariés qui gagnent plus en France, cherche les biens et demande leur ce qu'ils en pensent.
Et dès l'an prochain ils seront encore plus nombreux.
Je préfère les gens qui créent des richesses et qui les partagent un peu que ceux qui veulent tout le gâteau sans rien faire car dans ces cas là tout le monde est pauvre.
La gauche française ( à la différence des autres gauches européennes) n'a pas encore compris qu'il faut d'abord créer des richesses pour les partager ensuite. Elle ne sait faire que la 2ème parti de l'équation, c'est très bien mais incomplet


careiro le 21-11-2007. ...

Encore un beau discours démagogique et populiste comme notre président sait si bien le faire...

 

Total des visiteurs  :    483667   dont aujourd'hui :   19    En ligne actuellement :  1      Total des clics   976235