Bonjour. visiteurs jour : 1031       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona

Au Président des français

" Dubito ergo cogito , cogito ergo sum " je doute donc je pense , je pense donc je suis : Descartes

  2024 - 2023 - Associations - Covid - Ecologie - Energie - Europe - France - Humour - Monde - retraite - Social - Plan du site -



   


...

Personnel suspendu, honte à la France et aux français

Depuis le 15 septembre 2020 le vaccin covid a été rendu obligatoire pour certaines professions, notamment le personnel médical et les pompier. La non vaccination ne pouvant être un motif de licenciement, les personnes qui ont refusé ont été mises à pied sans traitement ni salaire ni chômage. Le but non avoué était de les contraindre au travers des difficultés financières, méthodes hautement condamnables en démocratie.

ceux qui ont refusé la vaccination pour des raison personnelles qui à l'évidence relèvent du principe de précaution, Nous en avons pour preuve la façon précipitée dont les vaccins ont été produits, le secret observé sur les contrats passées par l'Union Européenne avec les grands laboratoire, le fait qu'un médicament ne peut être commercialisé avant d'avoir passé tous les tests légaux prévus à cet effet qui se déroulent sur une période de 3 à 10 ans de recule par rapport aux premiers volontaires traités.

Personnel suspendus pour refus d'être vacciné avec un vaccin expérimental au final inefficace.

Nous apportons des précisions sur l'efficacité de ces vaccins plus bas.

Il est urgent d'arrêter cette folie, d'arrêter de vacciner inutilement et de réintégrer les personnels mis à pied. Il faudrait même envisager d'indemniser ceux qui ont repris un autre emploi. Le peuple français doit se ressaisir, il fait preuve d'un égoïsme révoltant, d'une indifférence condamnable. Que font les syndicats? RIEN! Que font les partis de gauche qui prétendre aider les pauvres et ceux dans la difficulté ? RIEN. Qui lancera une cagnotte pour aider ces gens les plus en difficulté ? Comment a t'on pu ne pas y penser ?

La première question à se posé est de savoir comment ces vaccins ont pu être autorisés. C'est l'autorisation conditionnelle qui a été utilisée. Elle ne peut-être utilisée que dans des situations dramatique où une nouvelle maladie tue beaucoup de personnes et pour laquelle il n'existe aucun traitement.

Pour la gravité, celle-ci a été très surévaluées et dramatisée. Avec le recul on peut parler du niveau d'une mauvaise grippe pour laquelle habituellement on ne fait rien. On peu en discuter dans le détail mais les taux de mortalité relevés abondent dans ce sens. Ensuite il ne fallait pas de traitement pour cette maladie. Curieusement le gouvernement à interdit aux médecins de soigner ils ont dit aux malades de prenne du doliprane et de rester à la maison et en cas de complication d'aller aux urgences.

Le Professeur Raoult directeur de l'IHU de Marseille, spécialiste des épidémies a reçut les malades et les a observé. Il s'est aperçut que certains avaient un taux d'oxygène trop bas dans le sang, sans qu'ils s'en rendent compte ni qu'ils soient essoufflés. il les a oxygénés et a alerté sur le fait que leur dire de rester à la maison pouvait aggraver leur situation. Il a également constatés que certains faisaient des thromboses et les a donc soigné pour les éviter.

De plus en se référant à des études de la chine sur le Plaquenil (Hydroxychloroquine) il a testé un protocole à base d'hydroxychloroquine et d'Azithromycine un anti biotique léger, a ajouté du zinc pour renforcer le système immunitaire et a obtenu des résultats encourageants. DE façon incompréhensible ces résultats ont étés niées l'hydroxychloroquine en vente libre depuis 50 ans a été diabolisée, des études sont parus indiquant une mortalité élevée due à l'hydroxychloroquine aux crises cardiaques dues à des torsades de pointe (avec ça si vous n'est pas terrorisés!:...) Bien sûr le Professeur Raoult a fait vérifié par les cardiologues que ses patients n'étaient pas à risque. Et puis les mois ont passé et un article publié par le Lancet journal prestigieux, annotait une telle mortalité qu'en trois jours la fraude à été démasquée et l'article retiré.

Nous sommes loin des soignants suspendus direz-vous, et bien non nous avons là la preuve qu'ils avaient raison de se méfier, que les vaccins ont été imposés sans la moindre prudence élémentaire et surtout aucun principe de précaution.

Les personnel suspendu aurait du être réintégré avec les excuses du gouvernement. Cela n'a pas été fait.

Avec le recul de deux ans de vaccination on a constaté que les vaccins ne protégeaient pas. Les études montrent que les personnes vaccinées sont aussi nombreux que les non vaccinées à attraper la covid et peut-être même plus en y regardant de plus près. Les cas grave sont également du même niveau et des effets secondaires graves se produisent de temps en temps pour un protection nulle. La mortalité de personnes apparemment en bonne santé et sans problèmes antérieur semble elle aussi en augmentation.

vues  369     En ligne actuellement :   10   Total des clics  1722510