Au Président

Bonjour     visiteurs jour : 3     Total clics   :   970314


Coucou et merci Merci            

AU PRESIDENT

Merci de nous signaler tout abus ou non respect de la loi au webmaster (voir Forum) qui rectifiera

 
Clics 338

Novembre 2006

École

     Sommaire

Tordre le cou définitivement à la méthode globale

Le collège unique ?

Redonner l’autorité aux professeurs.

Les horaires des professeurs

Trois ans pour se roder

Adapter le parcours professionel aux difficultés qu’il représente.

 

La méthode globale de lecture ou l’art de compliquer ce qui est simple.


En apprenant la prononciation des syllabes de bases, toutes les consones combinées avec toutes les voyelles et quelques sons supplémentaires, soit 20 x 10 (environ) = 200 on peut prononcer n’importe quel mot en français même si on ne l’a jamais vu. Et bien depuis 40 ans on s’obstine à la méthode globale et comme les chinois qui sont obligés d’apprendre 5 ou 6000 idéogrammes par cœur on oblige nos enfants à apprendre par cœur un maximum de mots, avec des résultats catastrophiques et qui le seraient bien plus si les professeurs ne faisaient pas du syllabique en douce !

Il parait qu’a la rentrée 2006 les inspecteurs d'académie refuseraient aux professeurs ce que le Ministre de l’enseignement leur a demandé de faire, c'est-à-dire d’abandonner la méthode globale.
Pourquoi ? Que se cache-t-il derrière cette attitude incompréhensible ? errare humanum est perseverare diabolicum. Les cadres de l’enseignement seraient-ils diaboliques ?

Bref la pédagogie a grand besoin d’être revue.

 

Le collège unique ?

Au nom de l’égalité la gauche veut traiter égalitairement des enfants qui se trouvent en grande inégalité entre eux pour des raisons multiples qui échappent aux décisions humaines tel que un chromosome en plus ou en moins, des parents cultivés ou non, un environnement bénéfique ou hostile etc.

Pour les cas extrêmes il faut regrouper ces enfants dans des structures adaptées à leur problème. Ne pas le faire c’est les condamner d’avance et condamner un certain nombre de leurs camarades qui tomberont sous leur influence. L’expérience « Une deuxième chance » conduite par la Ministre des armées Michèle Alliot-Marie est une piste a consolider.

De plus dans le même collège il faut des classes d’adaptation pour ceux qui ont beaucoup de mal à suivre. D’autant que je serais étonné que la gauche prône l’égalité des cerveaux par des moyens chirurgicaux ou génétiques. Hum !

 

Redonner l’autorité aux professeurs.

De même que le président de la république ne doit pas pouvoir être mis en cause par un simple juge mais par une haute cour à la demande des élus du peuple (ceux qui ne comprennent pas ça peuvent retourner se coucher) de même donc un professeur ne doit pas pouvoir être mis en cause par ses élèves ni même par leurs parents mais par une autorité de l’enseignement à la demande des parents ou un juge en dernier recours. Mêler enseignement et justice n’est pas bon. Dans ce genre d’affaire il ne faut pas que quelques rares parents mauvais coucheurs viennent détruire la bonne ambiance d’une classe sauf pour motif grave. Pour ma part une gifle ou un coup de pied au derrière dans les cas de rébellion d’enfants est excellent pour réapprendre ne serait-ce que le bon sens à défaut des civilités lesquelles ne sont compréhensibles que par des gens civilisés (Ben oui ceux qui se rendent coupables d’incivilités et ceux qui les excusent ne se rendent pas compte du tort qu’ils leur font et des difficultés d’insertion dans la vie sociale que ces jeunes rencontreront plus tard.


C’est incroyable le mal que l’on peut faire avec de la bonne volonté.

 

Les horaires des professeurs (du primaire au lycée)

Et si les professeurs consacraient plus de temps à leurs élèves ?

Lu sur le courriel journalier de Marianne du 11/11/2006 : Une vidéo de janvier 2006 a fait son apparition sur le net sous le titre : « Royal en off ». L'ancienne secrétaire d'Etat à l'enseignement secondaire y affirmait : « J'ai fait une proposition que je ne vais par crier sur tous les toits parce que je ne veux pas prendre de coups des organisations syndicales enseignantes (…que les enseignants…) fassent 35 heures de présence au collège »(…) « Comment se fait-il que des enseignants du secteur public aient le temps d'aller faire du soutien individualisé payant » et pas « du soutien individualisé gratuit dans les établissements scolaires ? » s'étonne-t elle.

Voilà un truc que je n’aurais pas osé envisager mais qu’il faudrait étudier de très près. (Bravo Ségolène pour ton courage involontaire et cette belle phrase sans langue de bois. Et dire que c’est ton copain Claude Allègre qui parlait du Mammouth ! Décidément si j’étais prof je voterais à droite ! Mais non, j’plaisante…) Ceci conduit à développer les deux points suivants :


Trois ans pour se roder
Les trois premières années d’enseignement les professeurs doivent conserver les horaires actuels pour pouvoir mettre au point leurs cours. Par la suite ils maitrisent suffisamment leur sujet pour que cette charge devienne moins importante et se limite à des mises à niveaux
(qu’il ne faut pas négliger bien évidement.)

Adapter le parcours professionel aux difficultés qu’il représente.
Les nouveaux professeurs devraient débuter dans des établissements calmes ou l’ensemble du corps enseignant fait régner une ambiance studieuse (On est bien à l’école pour apprendre que diable, et c’est bien le professeur qui a la compétence et la connaissance, une chose que tout le monde semble oublier en permanence à commencer par les parents d’élèves) Ainsi le nouvel enseignant travaillerait dans un environnement stable qui deviendrai son axe de référence par la suite. Après 5 ans, bien formé sur le tas et avec des cours bien rodés il irait quelques années dans des établissements difficiles pour y apporter son expérience et y rétablir l’ordre. (Oh ! pardon je viens de dire un gros mot !) Et puis une fin de carrière la plus confortable possible et au plus près de ses souhaits personnels. Du simple bon sens, bon sang mais c’est bien sûr.

 

 

A suivre…





 

 

 



École

Vos messages sont modérés.   Les visiteurs non inscrits ont leur pseudo préfixé par x_.   Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Pseudo     Le 22-10-2017.   Titre  


Robert le 27-5-2007. La réforme de l'école

Vas t-on enfin y arriver ? Pas à réformer les cours et les programmes on ne l'a fait que trop souvent en pure perte, mais les mentalités ! Les syndicats tous puissants vont-ils se mettre à réfléchir sans tabou à l'avenir de nos enfants et à l'intérêt de leurs adhérents ? Car il ne faut pas s'y tromper, de nombreux professeurs souffrent de cette situation absurde ou l'élève a plus de droits qu'eux et ou il est interdit d'interdire.
Et envoyer les débutants dans les meilleurs établissements pour qu'ils se forment à l'excellence et aillent après en faire bénéficier les cités ce serait-y pas beau, la vrai promotion sociale, par du baratin.

Vivement le retour du bon sens.


Jean le 20-1-2007. Voilà des informations intéressantes

Sur le faciès je connais une histoire aux EU il y a 50 ou 60 ans, des spécialistes étaient venus dans des écoles primaires faire des testes de QI et chose curieuse de mauvais élèves avaient de très bon QI et des très bons un mauvais QI. Ils revinrent 1 an après et tous les "mauvais" élèves au bon QI avaient un peu progressé alors que les "bons au mauvais QI avaient un peu régressés.
Ils expliquèrent alors qu'ils n'avaient pas testé le QI des enfants mais l'impact du comportement du professeur en fonction de l'idée qu'il se faisait de l'enfant. (Je ne sais pas malheureusement si cette histoire est vrai)


hbourj le 19-1-2007. Méthode globale ? Où ça ?

ça fait bien longtemps que cette méthode globale ne joue plus qu'un rôle mineur, et n'est pratiquement plus utilisée, ou alors seulement en complément de la méthode syllabique, laquelle n'est utilisée qu'avec la connaissance préalable de l'alphabet !

Je ne sais pas d'où vous sortez vos rumeurs sur l'attachement des inspecteurs d'académie à cette méthode. C'est une pure invention.

La méthode globale est démodée depuis plus de 20 ans dans le milieu enseignant. La combattre c'est enfoncer des portes ouvertes. Elle ne sert plus guère qu'en petite maternelle !

Ma suggestion sur l'enseignement, c'est que le corps professoral suive dans son cursus de formation (école normale) plus de 30 % de son temps en pédagogie, psychologie des enfants et de l'enseignement, méthodes de travail, orthophonie, etc.

Ces méthodes sont mal connues, et mal ou tardivement appliquées, ce qui fait que les déficiences des élèves

Enfin, aller en Finlande et en Corée du sud, pour voir comment là-bas une bien plus grande part des élèves réussit sa scolarité, non pas en emmagasinant un programme "à la mode d'autrefois", mais en étant traité avec plus d'encouragements que de sélection, sans aucun redoublement.

Ces deux pays ont les meilleurs résultats internationaux. En partie car les langues pratiquées sont plus faciles à apprendre, mais aussi grâce à l'adaptation des programmes et des méthodes d'enseignement aux élèves.

Heureusement la France évolue en matière d'enseignement primaire et secondaire. Les programmes n'ont plus rien à voir avec ceux d'il y a trente ans. Les cours sont beaucoup plus variés et moins soporifiques. On forme beaucoup plus de scientifiques que de littéraires.

Un des plus graves problèmes à résoudre est la discrimination que les enseignants appliquent souvent aux élèves. A bas l'orientation au faciès. C'est un point sur lequel le présidfent de la république peut quelque chose.


Jean le 5-1-2007. Merci à Akwabon pour ses précisions très intéressantes

Je ne suis pas assez compétent pour entrer dans le détaille des méthodes de lecture, j’admets volontiers avoir schématisé. Le débat est vif depuis près de 40 ans. Pour mes enfants à chaque fois le professeur nous disait de ne pas nous inquiéter qu'il pratiquait aussi la méthode syllabique et j'y repense, qu'il mélangeait des deux. (Je n’en voyais pas l’intérêt) et ma foi ça a assez bien marché.
C'est vrai que télé ordinateur et autre n’arrangent rien. Doit-on désespérer ? Non pas puisqu’on en parle. ;-)))


ccg le 5-1-2007. redirigée depuis le site de la Diagonale et de + en + émerveillée

Moi, je propose des jurys de citoyens dans les classes pour enquêter sur les comportements injurieux des profs à l'égard des élèves... C'est cela, oui.
Vous êtes le seul à dire ce qu'il faut, et c'est bien dommage en période électorale !
Merci et bravo pour vos revendications, même si elles font pleurer de simplicité face au désastre de l'Université française.

Je n'ai pas de jugement à porter sur aucune des deux méthodes de lecture. Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai appris à lire en maternelle, grâce à des parents lettrés qui se sont beaucoup occupés de moi et m'ont éduquée plus que correctement, en me cultivant, en m'apprenant tout ce que l'école mettait trop de temps à aborder.
En effet, si les inégalités entre élèves sont précises et marquées à partir du collège, dans le primaire elles sont plus individuelles. Chaque enfant nécessite un temps différent d'apprentissage, ce qui est moins vrai au collège et au lycée.
Évidemment, la tendance n'est pas trop au retour au préceptorat. Mais si Michel de Montaigne a parlé latin avant de parler français, c'est peut-être aussi parce qu'il n'a pas étudié sur les bancs de l'Éducation Nationale.


Akwabon le 4-1-2007. Rétablir l'ordre

Mais non ce n'est pas un gros mot ... s'il s'agit de l'ordre juste :-)))


Akwabon le 4-1-2007. Méthode globale

La méthode globale a été inventée pour corriger les effets pervers de la méthode syllabique.

La méthode globale a elle aussi produit des effets négatifs quand elle a été utilisée sans être complétée par un décodage syllabique basé sur une lecture méticuleuse ou, mieux, l'écriture des mots appris.

Cela fait un certain nombre d'années que pratiquement TOUTES les méthodes de lecture sont basées sur le déchiffrage phonologique des syllabes, c'est-à-dire l'association d'un son à une ou plusieurs graphies. Ces méthodes attachent aussi de l'importance au sens (ce que ne faisait pas la méthode du B A BA), car seule la découverte du SENS perçu par une appréhention GLOBALE du MOT et de la PHRASE permettra à l'enfant de savoir si "ille" se prononcera comme "ville" [ vil ] ou comme "fille" [ fiye ].
Un exemple au niveau de la phrase : "les poules du couvent couvent". Allez expliquer ça avec la méthode syllabique ...

Deux conclusions
1. Pour que vos enfants apprennent à lire, éteignez la télévision et faites-leur la lecture.
2. Robien est un âne - dans le domaine de l'apprentissage de la lecture. Je comprends qu'un ministre ne sache pas tout, mais il est responsable du choix de ses conseillers. Pourquoi une campagne anti-profs aussi stupide et aussi injuste ? Pour faire parler de lui dans un ministère qu'il déteste car ce n'est pas sa cup of tea ? Il rêvait d'un autre, comme Fillon avant lui.

C'est vrai que l'école va mal. Mais lire à la maison ou apprendre nécessite un effort. Face à la télévision dans la chambre des gamins (ou les MP3, ou le portable, ou les jeux vidéos) l'école n'a aucune chance.

Akwabon
akwabon chez yahoo.fr


Charles le 21-11-2006. au président

Très bien, l'article est formidable et si simple qu'on ne comprend pas pourquoi les intéressés n'y ont pas pensé... ou ne veulent pas l'appliquer ?
Résultat des inepties des soixante-huitards ... ???

 

Total des visiteurs  :    482186   dont aujourd'hui :   3    En ligne actuellement :  1      Total des clics   970314